L'histoire du flocon de neige

Le flocon de neige stylisé de l’insigne de l’Ordre du Canada, maintenant bien connu, en est venu à acquérir un certain éclat et caractère au fil de ses bientôt 50 années d’existence. Avec le temps, son statut, à titre de symbole par excellence de réalisations exceptionnelles, a été tout simplement rehaussé par les plus de 7 000 Canadiens qui ont été investis de l’Ordre depuis 1967.

Le choix du flocon à titre de symbole général de l’Ordre a beaucoup à voir avec notre climat septentrional et les caractéristiques particulières de ce cristal d’eau congelée. Dès le début du projet visant à constituer l’Ordre du Canada, le premier ministre Lester B. Pearson (C.C., 1968) a fait appel à son secrétaire parlementaire John R Matheson (O.C., 1993). Passionné d’héraldique, M. Matheson avait joué un rôle déterminant dans l’adoption d’un nouveau drapeau national en 1965. De concert avec l’ancien gouverneur général Vincent Massey (C.C., 1967), Esmond Butler (O.C., 1986) et Michael Pitfield (O.C., 2012), il a œuvré au processus pour la mise en place d’une distinction honorifique nationale. Afin d’obtenir des conseils de conceptualisation, M. Pearson a secrètement fait appel aux talents artistiques de Bruce Beatty (C.M., 1990), infographiste et sergent de section de l’ARC.

L’idée du flocon de neige a émergé presque simultanément de deux sources distinctes. Le 25 novembre 1966, pendant qu’il déambulait dans la rue Elgin à Ottawa par un après-midi enneigé, M. Beatty a soudainement eu l’idée de donner la forme d’un flocon de neige à l’insigne. De son côté, M. Matheson travaillait aussi depuis quelque temps sur le symbolisme associé à la distinction honorifique en voie d’être créée. Il a discuté avec le diplomate des affaires extérieures John Halstead (C.M., 1996), qui a proposé un flocon de neige au lieu de l'étoile Polaire que privilégiait M. Matheson jusqu’alors. M. Matheson a immédiatement été enthousiasmé par le concept et s’est adressé à la bibliothèque du Parlement pour obtenir de l’aide. Les chercheurs ont obtenu un exemplaire de l’ouvrage d’Ukichiro Nakaya intitulé Snow Crystals: Natural and Artificial, qui comporte une étude approfondie de tout l’univers des cristaux de neige. À partir de ce catalogue de flocons de neige, diagramme P1B a été la forme choisie pour l’insigne. M. Beatty s’est ensuite chargé de transformer une photo prise dans un microscope en un dessin stylisé officiel.

Le symbolisme du flocon de neige était idéal. Il représentait à la fois le climat canadien et la force de la nation. De plus, comme chaque flocon de neige, chaque récipiendaire de l’Ordre était considéré unique. Avant Noël 1966, M. Beatty a présenté trois concepts distincts à M. Pearson pour examen. Le gouverneur général Georges Vanier a aussi été consulté et, le 21 mars 1967, Sa Majesté la Reine a approuvé le concept.

Le symbolisme du flocon de neige était idéal. Il représentait à la fois le climat canadien et la force de la nation. De plus, comme chaque flocon de neige, chaque récipiendaire de l’Ordre était considéré unique.

Comme toutes les autres distinctions honorifiques nationales instituées depuis 1967, l’insigne de l’Ordre comporte deux autres éléments familiers : la couronne royale, symbolisant la Reine du Canada en tant que source de toutes les distinctions, et la feuille d’érable, symbole universellement reconnu du Canada avant même la Confédération.

Bien que la forme envisagée pour l’Ordre ait donné lieu à beaucoup de discussions, l’un des éléments du concept qui a suscité très peu de débat a été le ruban. M. Pearson a demandé à ce que ses couleurs et ses proportions soient inspirées du drapeau à la feuille d’érable. La devise de l’Ordre, DESIDERANTES MELIOREM PATRIAM, (« Ils désirent une patrie meilleure ») a été choisie par M. Matheson, après un discours sur les affaires internationales prononcé par le révérend Herbert O’Driscoll. Cette devise, tirée du verset 11:16 de l’épître aux Hébreux, ajoutée aux autres éléments symboliques, en est venue à représenter un véritable symbole iconique de l’identité canadienne et des réalisations exemplaires de ses citoyens.

À l’origine, les insignes étaient fabriqués par Crown Jewellers Garrard & Co. à Londres. À peu près à la même époque que celle du rapatriement de la Constitution en 1982, il a été décidé que les insignes de l’Ordre seraient désormais produits au Canada. Au cours des trois décennies suivantes, diverses entreprises canadiennes ont fabriqué les insignes. Après un minutieux processus de développement, la Monnaie royale canadienne a commencé à produire la distinction en intégrant les plus récents progrès technologiques aux méthodes artisanales les plus perfectionnées.

Christopher McCreery, M.V.O.
tiré de l’ouvrage : The Order of
Canada: Its Origins, History and
Development
(University of Toronto Press)